Barre du menu

                                                                                        

jeudi 4 août 2016

Avance rapide..........un roman de Michael Marshall

Titre : Avance rapide
Auteur britannique : Michael Marshall
Première édition en 1994
Catégorie : roman fantastique & thriller (teinté de science-fiction)
378 pages

Photo du livre

Imaginez une ville de plusieurs milliers de kilomètres carrés, divisée en quartiers que les gens quittent rarement dans leur vie. Ils n’en ressentent tout simplement pas l’envie.

Stark vit dans le quartier coloré : la couleur des murs évolue en permanence, se mettant en cohérence avec les habits des personnes qui passent dans la rue. Le code couleur change selon les jours. Gare à ceux qui ne le respectent pas ! Idem pour le quartier du Son : si jamais il vous arrive de parler à haute voix ou de marcher bruyamment, vous êtes certain que la police va vous tomber dessus.

Stark est embauché pour une histoire d’enlèvement : il doit retrouver Alkland, l’un des plus hauts dirigeants du quartier du Centre. Il devra pour cela utiliser ses compétences, uniques au monde, qui vous emmèneront au-delà du réel, vous faisant nager en plein fantastique.

Au croisement de plusieurs genres

Au début du roman, on est plongé dans un univers de science-fiction pur et dur aux allures de dystopie. On retrouve en effet des éléments caractéristiques du genre : technologies avancées, séparation des riches et des pauvres dans des quartiers différents, avec des barrières d’accès. L’intrigue de départ se focalise par ailleurs sur l’enlèvement d’un des dirigeants du quartier le plus élevé socialement (celui du Centre) et on laisse entendre au lecteur qu’il y a certainement un lien avec des magouilles du pouvoir central. On pourrait donc s’attendre à en apprendre plus sur l’organisation de cette société, et à assister à une critique en règle de ce système, et ce pendant tout le roman, ce qui n’est en fait pas le cas.

Pendant les 150 premières pages on lit un véritable thriller de SF, qui se ponctue même par une résolution de l’intrigue initiale. Le roman aurait donc pu s’arrêter là, d’autant que j’ai adoré cette première partie, qui comporte beaucoup de suspens et nous présente un univers assez loufoque.

Sauf que le roman se poursuit, et de manière très différente. Vous découvrez alors que Stark vous cachait tout un tas de choses, et en premier lieu ses compétences bien particulières. A partir de là, finie la SF. Vous restez dans le thriller, mais pénétrez dans un univers très fantastique. Vous gardez en toile de fond cet univers SF de départ, mais le fantastique vient dominer la scène.

Je ne peux malheureusement pas vous décrire ce qui fait l’aspect fantastique de ce roman, car cela anéantirait le suspens que l’auteur s’est attaché à créer.

Un roman centré sur la personnalité de Stark

Si la personnalité de Stark semble au début secondaire dans cette intrigue (on pourrait en effet croire qu’il ne s’agit que d’un banal homme de main, un peu détective, avec des amours compliqués, bref un personnage classique de thriller), elle se révèle finalement centrale. Tout tourne autour de Stark, de son histoire personnelle, de ses mystérieuses compétences et de sa capacité à gérer son bagage psychologique.

Il y a en fait tout un jeu qui se met en place entre la personnalité de Stark et le lecteur : dès les premières pages le narrateur – Stark lui-même – s’adresse au lecteur. Il nous dit qu’il passe certaines choses sous silence, qu’il nous les expliquera plus tard… Et il nous apprend plus tard qu’il nous a parfois menti ! Le lecteur essaye donc de comprendre ce personnage étrange, et de deviner ce qu’il cache. Dans cette ville, énormément de gens sont redevables de Stark, tels que son amie pilote d’hélicoptère (pratique pour s’échapper en urgence) et un chef de gang. Qu’a-t-il fait pour eux ? Là encore on n’en sait strictement rien au début.

A travers l’histoire de Stark et de ses amis, vous ferez une plongée dans l’inconscient humain et vous confronterez à la violence que peuvent générer les séquelles psychologiques. Nos personnages ont chacun un bagage personnel assez lourd à porter. C’est d’ailleurs assez drôle de voir que tous ces durs à cuire dissimulent des faiblesses psychologiques relativement importantes.

mon impression

Voilà un roman que je recommande chaudement. Il se lit avec une grande facilité car on est happé du début jusqu’à la fin par un grand suspens. L’intrigue et le personnage principal sont vraiment de grande qualité.

La transition entre la partie SF et la partie fantastique pourra toutefois perturber certains lecteurs, car on ne change pas seulement de genre littéraire : la forme même du suspens évolue. Ainsi, alors que dans les 150 premières pages on se focalise sur la résolution à venir d’une intrigue policière, la suite nous tient plutôt en haleine sur le sort des personnages et les mystères cachés par Stark.

Je pense que ceux qui ne lisent habituellement pas de fantastique pourront tout de même trouver leur compte dans cette lecture : le décor d’ensemble est celui d’un futur inquiétant, aux technologies avancées, ce qui maintient le lecteur de SF dans un cadre qu’il connaît bien. On pourrait même dire que les aspects fantastiques de ce roman sont en partie expliqués, ce qui pourrait là aussi rapprocher le lecteur de SF de cette rationalité qu’il recherche généralement.

Voilà donc une excellente expérience de lecture. C’était la première fois que je lisais un Michael Marshall, et je compte bien m’en procurer un autre !


Maisons d’édition qui publient actuellement ce roman :

2 commentaires:

  1. Je le note, mais j'espère que tu nous feras une présentation détaillée au prochain café de l'imaginaire :-)

    RépondreSupprimer
  2. Mais oui j'y compte bien ! Commençant à connaître tes goûts, je pense que ce livre te plairait. Sans doute pas autant qu'à moi cependant, car l'univers est trop teinté de SF, et tu préférerais sans doute des personnages encore plus fouillés. Tu fais bien de le noté en tout cas ^^.

    RépondreSupprimer