Barre du menu

                                                                                        

mardi 19 juillet 2016

Faim du monde (La)..........une nouvelle de Xavier Mauméjean

Titre : ”La Faim du monde”
Auteur français : Xavier Mauméjean
Première édition en 2004
Catégorie : nouvelle de science-fiction
17 pages (A4)

Photo du livre

Plus aucune guerre dans le monde, plus aucun mort sur un champ de bataille. Désormais en cas de conflit les deux parties s’affrontent autour d’un… repas ! On emploie pour cela les services d’un entremetteur, qui sacrifie un animal et le cuit spécialement pour cette occasion. Mais attention : si le plat préparé ne plaît pas, la guerre peut reprendre.

Imaginez donc la pression qui s’exerce sur l’entremetteur. Pour ne rien arranger, la vie de son épouse est menacée à chaque repas diplomatique préparé : en cas d’échec elle est exécutée.

Le personnage principal appartient à cette caste d’entremetteurs. Il a l’immense privilège d’être sélectionné pour préparer les cérémonies de l’ONU, qui n’ont lieu qu’une fois tous les quatre ans. A chaque fois l’ordre du monde est mis en jeu. Il paraît donc naturel de cuisiner pour l’occasion un animal d’une grande valeur : un homme ! Rassurez-vous, le sacrifié est consentant et fier d’avoir été sélectionné.

Xavier Mauméjean est diplômé en sciences des religions et cela se voit grandement dans cette nouvelle. Car si cet usage du sacrifice peut au premier abord paraître délirant, la lecture de quelques textes anthropologiques crédibilise cet avenir imaginé par Mauméjean.

Les sociétés qui ont pratiqué (ou pratiquent encore) le sacrifice (animal ou humain) l’ont toujours fait pour améliorer une situation : obtenir les faveurs des esprits pour gagner une guerre, mettre fin à une sécheresse, assurer de bonnes récoltes… L’anthropologue Olivier Girard est même allé jusqu’à dire que le sacrifice était une fonction nécessaire aux sociétés humaines : le sacrifié est là pour encaisser toute la violence inhérente à l’homme et permettre ainsi qu’elle ne se déchaîne pas autrement (pour le cas où vous auriez un doute : NON, je ne prône pas le retour au sacrifice. Mais qu’il ait pu joué un rôle important dans l’Histoire, et qu’il puisse effectivement cristalliser notre violence, je pense cela possible). On me faisait récemment remarquer que les stars de la télé-réalité étaient d’une certaine façon des sacrifiés. La manière dont on les commente et les lynche au travers des magazines peoples rappelle en effet les sacrifices. Il n’y a certes pas mort d’homme, mais quel déchaînement de violence !

Après cette petite digression j’en reviens plus concrètement à cette nouvelle. La lire fut une sacrée expérience pour mes sens. Xavier Mauméjean nous en met plein les yeux et la bouche. Pour vous donner un petit exemple, sachez que vous mangerez des tétons que l’entremetteur aura fait revenir au cidre puis couchés sur une “tranche de pain croustillant nappé de beurre glacé”. J’imagine que ça vous donne l’eau à la bouche ! Je dois bien avouer que j’ai eu quelques haut-le-coeur.

mon impression

Je vous conseille donc cette lecture. Elle est courte mais efficace. Ne la lisez cependant pas pour son intrigue (inexistante) ou pour ses personnages. Il y a certes un personnage principal, mais il sert uniquement de support pour nous présenter cette idée originale qui permet de dérouler un champ lexical de la cuisine étonnant et un arrière-plan anthropologique.

Bonne dégustation !

Vous pouvez retrouver cette nouvelle en version numérique sur le site de Bifrost

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire