Barre du menu

                         

                                                                                                         

mardi 16 juillet 2019

Panse (La)..........un roman de Léo Henry

Titre : La Panse
Auteur français : Léo Henry
Première édition en 2017
Catégorie : roman lovecraftien
304 pages

Photo du livre

La soeur de Bastien, Diane, n’a plus donné de nouvelles depuis des mois, ce qui inquiète toute la famille. Bastien parvient à accéder à la boîte mail de sa soeur et y trouve une invitation pour une soirée organisée par une société (la Panse) qui utilise tous les codes de langage d’une secte.

Bastien s’invite à la soirée et y voit fugitivement Diane, avant d’être repéré par le service de sécurité qui le contraint à quitter les lieux. Dans le RER, de retour chez lui, il réalise qu’il a dans sa poche une carte de visite : une entreprise de nettoyage - Neo Clean - et un rendez-vous qui lui est fixé : “mercredi, 14h”. Bastien s’y rend. On lui propose alors un emploi, il l’accepte. Le lendemain même, il embauche dans un service de nettoyage de bureaux, intrinsèquement lié à la Panse.

Progressivement, Bastien parvient à s’intégrer dans cette société secrète, avec l’espoir de pouvoir y retrouver sa soeur et de l’en extirper. Mais Bastien lui-même semble se laisser happer.

Cette lecture m’a beaucoup plu, ce qui n’était vraiment pas gagné d’avance : habituellement, j’aime assez peu les textes de Léo Henry. Non pas que ce soit mal écrit (bien au contraire, Léo Henry fait clairement partie des auteurs actuels de SFFF français a avoir une belle plume). Ce qui me gêne chez cet auteur, c’est généralement son faible intérêt pour les intrigues. Il nous dresse de formidables tableaux, souvent post-exotiques, mais sans nous donner l’impression d’aller quelque part (notez bien que je schématise, j’ai lu plusieurs de ses nouvelles qui avaient une intrigue bien identifiable).

mon impression

Avec La Panse, on a bien au contraire une intrigue qui nous pousse à tourner les pages. Léo Henry n’en oublie pas sa critique sociale habituelle : ici, il fait se côtoyer les métiers miséreux avec les “cadres dynamiques” des tours de la Défense.

J’ai par ailleurs apprécié que Léo Henry parvienne à nous plonger dans l’incertitude quant au type d’imaginaire déployé : la cité de la Défense peut servir de décor pour un texte de blanche, de fantastique ou de SF. On est dans l’incapacité de savoir où nous emmène Léo Henry. Va-t-on ou non se retrouver face à un monstre au moindre tournant ? Cette incertitude ajoute beaucoup de charme à la lecture.

Je recommande donc chaudement ce roman !

Roman disponible chez Folio SF

2 commentaires:

  1. Je l'avais noté dans un coin de ma tête celui-là, il faudra que je me penche dessus un jour...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ca se lit très vite et facilement en tout cas. En quelques heures c'est plié.

      Supprimer