Barre du menu

                                                                                        

dimanche 14 janvier 2018

Nuit de feu (La)..........un roman d'Eric-Emmanuel Schmitt

Titre : La Nuit de feu
Auteur français : Eric-Emmanuel Schmitt
Première édition en 2015
Catégorie : roman (littérature dite “blanche”)
192 pages

Photo du livre

A 28 ans, Eric-Emmanuel Schmitt a entrepris une excursion pédestre avec une dizaine de personnes dans le Hoggar – région montagneuse du Sahara – en vue d’effectuer des repérages pour le tournage d’un film sur Charles de Foucauld, ancien ermite et intellectuel catholique.

Lorsqu’il débute sa marche dans le désert, Eric-Emmanuel Schmitt est profondément athée, et argumente son discours avec toute la force de son savoir philosophique (matière qu’il enseigne à l’époque à l’ENS).

Mais au cours de cette marche, l’auteur se perd et doit passer une nuit seul dans le froid du Sahara. Se voyant déjà mort, il dit alors être visité par Dieu.

Ce roman est le récit autobiographique de l’auteur sur cet événement qui l’a fait basculer de l’athéisme à la foi


Je publie assez rarement des articles sur des textes de littérature dite “blanche”. J’y fais donc exception avec ce roman, bien qu’en un sens on puisse y voir du fantastique à travers l’expérience de révélation divine que nous conte Eric-Emmanuel Schmitt.

D’Eric Emmanuel Schmitt, j’avais déjà lu La Part de l’autre, un roman à la fois biographique et uchronique sur Hitler, qui m’avait profondément marqué il y a une douzaine d’années. J’avais également lu Ulysse from Bagdad, roman dans lequel Eric-Emmanuel Schmitt nous fait le récit d’un émigré clandestin.

Fidèle à mon habitude de ne pas lire les quatrièmes de couverture, je ne savais pas avoir cette fois-ci dans les mains le récit d’une conversion. Rétrospectivement, je pense qu’avec ce roman il est au contraire préférable de connaître l’histoire dès le début. Cela permet de mieux mesurer le discours athée qui nous est servi au début.

Car Eric-Emmanuel Schmitt accueille au premier abord son lecteur en lui tartinant de grosses couches d’arguments athées. Il a notamment une conversation avec une catholique, lors de laquelle il déploie tout son argumentaire. De quoi rendre athée un croyant !

Sauf que… arrive cette fameuse nuit. De retour d’une excursion sur le Tahat (plus haut mont d’Algérie), le jeune auteur dévale à toute vitesse la pente, n’attendant pas le reste du groupe qui marche plus lentement derrière lui. Grave erreur, car il descend alors le mauvais côté du mont, et ne retrouve donc pas le campement une fois en bas. La nuit est sur le point de tomber ; il est trop tard pour retrouver le groupe. Eric-Emmanuel Schmitt décide alors de se protéger du froid en s’ensevilissant de sable. N’ayant presque plus d’eau dans sa gourde, il croit sa mort venir. Mais au cours de la nuit, il sent son corps se dédoubler. Pendant qu’une partie de lui reste sous le sable, l’autre s’élève dans le ciel et va à la rencontre de Dieu. Le lendemain, Eric-Emmanuel Schmitt se réveille profondément croyant.

Dans l’épilogue, il nous explique comment il concilie cette foi avec son savoir philosophique. Il insiste ne pas savoir si Dieu existe. Pour lui, ceux qui proclament “Je sais que Dieu existe”, ou au contraire “Je sais qu’il n’existe pas” sont dangereux. Car seul ce qui est démontrable peut entrer dans le domaine du savoir, estime-t-il. C’est pourquoi il juge plus prudents ceux qui se disent agnostiques (pour rappel les tenants de l’’agnosticisme estiment justement qu’il est impossible de se prononcer en faveur de l’existence ou non de Dieu), se présentant lui-même comme un agnostique qui croit que Dieu existe. Il se montre presque malheureux de ne pas pouvoir transmettre au lecteur sa conviction, soulignant que sa nuit dans le Sahara est de l’ordre de l’expérience, et qu’elle ne peut donc être remplacée par le simple récit.


Que l’on soit athée, croyant ou agnostique, ce roman me semble intéressant à lire. Les récits de conversion d’intellectuels contemporains ne sont pas si fréquents, et j’ai beaucoup apprécié qu’Eric-Emmanuel Schmitt porte un regard sur son ancien discours.

mon impression

Ce roman est également l’histoire d’une amitié qui se noue entre l’auteur et le guide Touareg. Ils ne parlent pas la même langue, mais parviennent peu à peu à s’apprivoiser et à ressentir une forte amitié l’un pour l’autre.

Ce livre est donc à lire pour les expériences humaines que nous narre l’auteur : celles de la rencontre avec l’amitié et avec la foi.


Roman disponible chez Albin Michel et Le Livre de Poche

4 commentaires:

  1. Une lecture qui doit sans doute être fort intéressante. Je le lirai peut être (je n'en sais rien, mes jours manquent de temps et mon porte-monnaie d'argent) mais pas dans le cadre de la SFFF. J'ai une curiosité importante quand cela touche le spirutuel et c'est la cas ici.
    Merci!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui on s'éloigne de la SFFF ! J'hésite toujours à publier les lectures hors SFFF sur mon blog. Mais comme j'estime que ça nourrit mon point de vue de lecteur de manière générale, je le fais quand même.
      Ton porte-monnaie manque d'argent, et ça te pose un problème pour lire => Tu achètes donc tous les bouquins que tu lis ? Il se trouve que c'est mon cas (je suis accro à ma librairie ^^), mais je lis quand même beaucoup moins que toi ! Si je lisais à ton rythme, je pense que je passerais en bibliothèque.

      Supprimer
    2. J'achète 90% de ce que je lis. J'ai une passion pour les livres, du coup il y en a partout à la maison.
      Le soucis de la librairie/ bibliothèque, c'est qu'elles sont à plus de 25 km de chez moi, et elles ne sont pas sur ma route ou un trajet quotidien/hebdomadaire. Je dois y aller spécifiquement. Pour réduire les coûts, je suis passée au numérique (et accessoirement à la VO).

      J'ai eu 3/4 SP et le reste ce sont des prêts.

      Supprimer
    3. Oui, c'est sûr qu'à 25km de chez toi ça te coûte à la fois en temps et en essence, donc je comprends. Et si tu as une maison, tu as donc de la place pour ranger tous ces bouquins !

      Supprimer