Barre du menu

                                                                                        

samedi 29 décembre 2018

Nous qui n’existons pas..........un texte autobiographique de Mélanie Fazi

Titre : Nous qui n’existons pas
Autrice française : Mélanie Fazi
Première édition en 2018
Catégorie : texte autobiographique
120 pages

Photo du livre

Lorsqu’on parlait de Mélanie Fazi, c’était jusqu’ici pour évoquer la littérature fantastique (dont elle représente l’une des grandes figures en France) et la traduction d’auteurs anglo-saxons (tels que Brandon Sanderson et Lisa Tuttle). Mais depuis juin 2017, avec la publication d’un billet sur son blog, et surtout depuis la publication de Nous qui n’existons pas, on parle désormais aussi de son coming out qui sort pour le moins des sentiers battus : avec cet ouvrage autobiographique, Mélanie Fazi ne nous annonce pas simplement qu’elle est homosexuelle (ça, elle l’avait déjà compris depuis un certain temps), elle nous explique aussi qu’elle ne souhaite pas se mettre en couple, et qu’elle aime le célibat.

Peut-être que certains ne trouveront pas cette annonce sensationnelle, mais c’est un tort. Car cela représente un acte rare, qui vient non seulement bousculer la vie d’une personne (Mélanie Fazi elle-même), et secouer le cocotier de notre société bien-pensante.

Que nous dit Mélanie Fazi ? Elle nous raconte que depuis l’adolescence, la société lui fait comprendre qu’elle est anormale. Les fictions, souligne-t-elle, nous montrent en permanence des femmes qui rêvent de trouver le prince charmant. Quant à votre entourage, si vous êtes célibataire, il vous balance perpétuellement des sourires tendres accompagnés de cette petite phrase dévastatrice : “ne t’inquiète pas, tu finiras bien par trouver le grand amour”.

L’homosexualité est donc déjà une forme de décalage. Ne pas vouloir se mettre en couple en est une autre, encore plus profonde, que la plupart des gens n’imaginent tout simplement pas.

Un décalage tellement énorme, tellement difficile à vivre, que Mélani Fazi a mis beaucoup de temps pour s’en rendre compte et à mettre des mots dessus. Ces dernières années, justement, Mélanie Fazi n’arrivait plus à écrire. Il fallait que quelque chose sorte : et ce fut un billet de blog, puis ce livre. Comme souvent dans l’histoire de la littérature, l’exercice autobiographique révèle ses vertues thérapeutiques.

Ce livre revêt à mon sens une importance qui dépasse le seul cadre de son propos sur l’homosexualité et le désir de célibat. J’estime en effet qu’il met brillamment en lumière le poids permanent du conformisme social sur notre société ; il rappelle que beaucoup de gens souffrent car la société fait d’eux des déviants.

Sur de nombreux sujets, trop de gens se comportent comme si les normes sociales dominantes étaient des règles immuables, inhérentes à l’homme. Autrement dit, ces normes ne résulteraient pas d’une construction sociale, mais seraient des traits naturels de l’être humain. C’est malheureusement comme cela que sont régulièrement évoqués l’homosexualité, la transidentité et de manière plus générale le couple. A l’image de la Manif pour tous en 2013, ceux qui estiment non naturel d’être homosexuel et de ne pas souhaiter fonder une famille oublient tristement de regarder l’histoire de l’homme. La sociologie, l’anthropologie et l’histoire nous ont tant et plus démontré que l’homme moderne que nous sommes a vécu de manière bien différente à travers les âges et que son comportement actuel n’est pas le fruit d’une mutation génétique, mais bien d’une lente évolution des moeurs et des conditions de vie. L’homosexualité a toujours existé et a parfois été considérée comme tout à fait normale.

En bref, trop de gens ne comprennent pas la différence entre l’inné et l’acquis. Deux notions de base pour quiconque a fait de la sociologie pendant ses études. Je suis un grand partisan d’une initiation obligatoire à la sociologie au cours de la scolarité. Cela permettrait de développer une société beaucoup plus tolérante, et par ailleurs plus apte à comprendre les ressorts des inégalités sociales (mais c’est là un autre sujet…).

mon impression

Oui… j’ai digressé. Mais pas tant que cela. Car en lisant Nous qui n’existons pas, j’ai ressenti ce ras-le-bol, cette tristesse face à cette capacité que les normes ont de broyer une personne.

Peu importe que l’on aime la littérature de Mélanie Fazi, je recommande la lecture de cet ouvrage. Voyez la comme une expérience humaine, dont on ressort enrichi. J’y vois par ailleurs un bel hommage au milieu de l’imaginaire : Mélanie Fazi souligne que ce n’est sans doute pas un hasard si elle s’est réfugiée dans le fantastique ; la littérature de l’imaginaire (les “Mauvais genres” pour citer France culture) rassemble des genres déviants, exclus de la littérature blanche (qui seule permet de briller en société). Alors forcément, entre déviants, on se sent mieux ! Un sentiment que je partage aussi en tant que lecteur de l’imaginaire.


Roman disponible chez Dystopia

3 commentaires:

  1. Sujet intéressant, il faut vraiment que je me plonge dans ce texte (en plus j'ai aucune excuse sauf celle du manque du temps, il est dans ma PàL). Sur la différence et le fait de ne pas suivre la norme, Ursula Le Guin avait écrit un très joli texte, Loin, très loin de tout. J'ai toujours pensé qu'on devrait le prescrire aux ados, mais un cours de sociologie c'est pas une mauvaise idée non plus ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il est très rapide à lire en tout cas. Tu penses à quel texte de Le Guin ?

      Supprimer
    2. Pardon c'est le titre "Loin, très loin de tout" ^^

      Supprimer